Vers un nouveau paradigme de management à l’ère du « tout digital »

Dans un contexte où 50% des métiers que nous connaissons aujourd’hui sont amenés à disparaître d’ici 2030, la transformation numérique pose de sérieux défis en termes de réorganisation interne des entreprises et de formation professionnelle.

 

Les profils deviennent polyvalents et les compétences mouvantes. Au-delà de cette flexibilité, les entreprises doivent surtout revisiter leur structure hiérarchique pour passer à un système en réseau, basé sur le collaboratif.

Loin d’être une mode passagère, la réorganisation du système managérial s’impose comme un réel défi à l’ère du numérique. En témoignent les nouveaux modèles émergents, comme le Mindful Based Energy Management (MBEM), qui insiste sur la gestion de l’énergie et du savoir-être des collaborateurs. La multi-sollicitation engendrée par les outils numériques nécessite en effet une nouvelle gestion du temps et des priorités.

Zoom sur le reverse mentoring

Les transformations générées par le numérique ont aussi soulevé des craintes quant au creusement des écarts générationnels. Pourtant, les entreprises peuvent adopter la méthode du « reverse mentoring ». Cette initiative consiste à ce que des jeunes employés, familiarisés aux outils numériques, aident leurs dirigeants à mieux appréhender les codes et usages des nouvelles technologies. S’il est appliqué avec méthode, le reverse mentoring peut réduire la fracture numérique entre les collaborateurs. Créateur de liens intergénérationnels, il renforce la culture de la coopération, responsabilise la génération Y, fait gagner du temps, améliore la performance globale de l’entreprise, et ce à moindre coût.

Cela est surtout valable pour les PME, puisqu’il existe un « vrai fossé » entre les grandes et les petites entreprises sur l’usage du numérique.

jeudi 22 décembre 2016