En formation, venez A.V.E.C. votre matériel

C’est une tendance émergente et innovante dans le monde de l’entreprise : amener ses appareils électroniques personnels (smartphone, ordinateur portable…) pour travailler, afin de gagner en efficacité et de réduire les coûts. Zoom sur cette pratique qui diversifie les perspectives de formation.

B.Y.O.D. ou A.V.E.C. : de quoi parle-t-on ?

Ces deux acronymes correspondent respectivement à Bring Your Own Device et, en version française, « Apportez Votre Équipement Personnel de Communication ». L’expression est pour le moins transparente sur la pratique désignée : apporter son équipement numérique personnel afin de l’utiliser dans un contexte professionnel. La large démocratisation et le perfectionnement des appareils numériques rend désormais parfaitement envisageable ce genre de procédé. Les avantages sont clairement perceptibles : baisse (voire disparition) des coûts d’équipement du salarié (selon une étude Landesk, cela correspondrait à 180 000 euros économisés en moyenne sur 5 ans pour une entreprise européenne) plus de besoin d’acculturation à une nouvelle machine et meilleure réactivité face aux imprévus en dehors des murs de l’entreprise. « On sait qu’avec la consumérisation, c’est-à-dire le fait que les utilisateurs soient de plus en plus en avance par rapport aux technologies de l’entreprise, les nouvelles générations poussent fortement pour la généralisation de ce phénomène » explique Eric Lemaitre, Directeur Général Adjoint d’Econocom. Une poussée qui, semble-t-il, porte clairement ses fruits : 81% des entreprises autorisent leurs salariés à venir avec leur propre device au bureau.

Ces avantages sont vérifiés, et même accentués, lorsque l’on parle de formation professionnelle. Au-delà de la réduction évidente des coûts d’équipement, la grande force du B.Y.O.D. consiste en l’amélioration de l’efficacité des actions de formation. Déjà habitués à l’utilisation de leur machine, et donc débarrassés des contraintes d’apprentissage du fonctionnement d’une autre, les « formés » peuvent se concentrer sur la seule acquisition des savoirs. Ces mêmes savoirs sont d’ailleurs plus efficacement transmis, car disséminés dans le temps. Terminées les formations figées, ancrées dans un lieu unique : le salarié se forme à son rythme, selon ses disponibilités, et sur son propre matériel. Une souplesse essentielle à la réussite des actions de formation. L’espace cognitif ainsi libéré par la méthode A.V.E.C. facilite le recours à des pédagogies plus ambitieuses et originales. Les échanges entre individus, qu’il s’agisse du formateur ou des « formés », gagnent aussi en fréquence et en pertinence. En d’autres termes : l’apprenant se situe au centre du dispositif. Sa pratique, son matériel, ses repères servent de base sur laquelle bâtir de nouveaux savoirs. Un gain de temps et d’efficacité considérables au service de la formation.

La pédagogie adaptative comme nouvelle tendance

La philosophie « Bring Your Own Device » peut ainsi être résumée : une simplification matérielle rendant plus confortable l’acquisition de nouveaux savoirs et, au final, de la montée en compétence des salariés. Un allégement de la forme au service du fond. Bien entendu, cette pratique comporte quelques inconvénients à prendre en compte lors de la préparation : risque de sécurité pour l’entreprise (un ordinateur personnel étant moins protégé qu’un ordinateur professionnel), risque d’hétérogénéité des équipements individuels d’un point de vue technique et logiciel… Mais cette tendance nous renseigne sur la prégnance d’une réalité actuelle : lors de la mise en place d’action de formation en entreprise, l’adaptation à un contexte prime sur le reste. En fonction des objectifs et du budget d’une structure, la formation en « Bring Your Own Device » peut constituer une réponse parfaitement adéquate, tout comme peuvent l’être la gamification, ou le blended learning (pour ne citer que ces exemples). Faire correspondre les attentes et besoins des salariés en termes de formation avec ceux de l’entreprise demeure un des impératifs centraux de la formation professionnelle. Le bon comportement face à cette problématique demeure plus que jamais la capacité du formateur (ou commanditaire de la formation) de mettre en place des pédagogies différenciées et adaptées à certaines variables de l’entreprise : effectifs, objectifs, budget, temps disponible…

L’avènement du « B.Y.O.D. » permet donc de réaffirmer la valeur de l’adaptation et de l’innovation, véritables moteurs de la formation professionnelle. Surtout, cette nouvelle pratique permet d’accompagner au mieux – avec souplesse et intelligence – les bouleversements actuels liés au digital. Cette dernière donnée constitue finalement la seule vérité incontournable dans l’univers de la formation.

 


Sources

  • Bring your own device – Wikipédia – https://fr.wikipedia.org/wiki/Bring_your_own_device
  • BYOD : quelles sont les bonnes pratiques ? – CNIL – https://www.cnil.fr/fr/byod-quelles-sont-les-bonnes-pratiques 
  • Le BYOD : bien plus qu’une tendance, un véritable phénomène ! – Dynamique Mag – http://www.dynamique-mag.com/article/byod-bien-plus-tendance-veritable-phenomene.5585
  • Le BYOD… Une opportunité pour les responsables formation? – E-Learning Letter – http://www.e-learning-letter.com/info_article/m/513/le-byod-une-opportunite-pour-les-responsables-formation.html
  • Formation et Innovation: les 6 avantages du BYOD – Formation 3.0 – https://format30.com/2014/10/30/formation-et-innovation-les-six-avantages-du-byod/
  • Apprendre en mode BYOD (Bring Your Own Device) – Net Public – http://www.netpublic.fr/2015/03/apprendre-en-mode-byod-bring-your-own-device-dossier-complet/ 

 

 

jeudi 26 mai 2016