Des débuts prometteurs pour l’AFEST

L’Action de Formation en Situation de Travail (AFEST) est une forme novatrice de transfert des savoir-faire prévue par la loi pour la liberté de choisir son avenir professionnel. Permettant d’apprendre en regard des réalités concrètes de l’entreprise, l’AFEST est un processus pédagogique qui profite tant à l’entreprise qu’à l’apprenant …

 

Qu’est-ce que c’est ?

Dépassant le modèle séparatiste qui distingue de manière catégorique travail et formation, l’AFEST organise une transmission des savoirs au sein même de l’entreprise qui permet aux salariés de se former à un métier spécifique dans la société (auxiliaire vétérinaire, agent d’entretien de chantier, commercial matériel médical …).

Née du constat que la compétence se fabrique notamment dans la confrontation à l’expérience de travail, elle suppose un cadre pédagogique (une séquence réflexive précède d’ailleurs la mise en perspective pratique) qui vise à transformer l’expérience en compétence durable. À la clé se trouve une certification, voire même un changement de poste.

Quels en sont les bénéfices ?

Outil au service d’une société apprenante, l’AFEST s’inscrit dans une tradition de transmission du geste en même temps que du savoir. Le rapport de l’expérimentation délivré par le Ministère du Travail est formel : le gain de confiance du personnel est indéniable, car l’AFEST engage les salariés dans leurs métiers. Naturellement, il en suit une croissance de la qualité de vie au travail ainsi que de la capacité d’innovation du collectif de travail.

Ainsi, si l’AFEST est encore en période de rodage, elle laisse espérer des avancées qui sont autant de réponses aux besoins en compétences des entreprises.

Il s’agit désormais de transformer l’essai, en faisant de cette nouvelle pratique une nouvelle culture. Le véritable challenge – à savoir : faire la différence entre ce qui relève de la production en équipe, collaborative donc « formatrice », et ce qui se définit comme AFEST – se situe du côté des futurs Opérateurs de compétences (OPCO), qui devront définir leur propre référentiel de formation pour permettre à cette nouvelle pratique d’exister.

Pour en savoir plus : https://bit.ly/2NBskpb

mardi 6 novembre 2018