Data Dock, pierre angulaire de la réforme, est en place

A l’heure du big data, Data Dock pourrait faire penser à un hub, au port numérique d’un mastodonte du web !… Il s’agit plus simplement de la nouvelle base de données française de référencement des organismes de formation, plus de 70 000  dans le pays, ouverte depuis le 1er janvier 2017 par  21 OPCA.

Lancée sous l’égide du COPANEF pour faire suite du décret « qualité » de  2015 et de la loi réformant la formation professionnelle votée en 2014, « au-delà des exigences de contrôle du décret, c’est la question de l’efficience du système sur toute la chaîne, de l’offre au financement, qui est posée. Nous sommes passés d’une logique de dépense à celle de responsabilité sociale. C’est vrai également pour les structures paritaires qui gèrent la formation professionnelle » résume Philippe Debruyne, vice-président du Copanef.

L’exigence de qualité est le fondement de cette plateforme : chaque OF doit y montrer patte blanche et prouver qu’il applique bien les 6 critères de qualité définis par le décret de 2015, c’est-à-dire :

  • Identifier les objectifs de la formation et son adaptation au public formé,
  • Adapter des dispositifs d’accueil, de suivi pédagogique et d’évaluation aux publics de stagiaires,
  • Mettre en adéquation des moyens pédagogiques, techniques et d’encadrement à l’offre de formation,
  • Fournir la qualification professionnelle et la formation continue du personnel chargé des formations,
  • Préciser les conditions d’information du public sur l’offre de formation, ses délais d’accès et les résultats obtenus,
  • Prendre en compte des appréciations rendues par les stagiaires.

Concrètement, le dossier à monter sur le site exige de la part des OF d’apporter 21 éléments factuels, ce qui constitue un véritable examen de passage, allant de l’attestation d’une CVthèque à jour de ces formateurs, au exemple de protocole d’évaluation chaud et/ou froid des stagiaires, en passant par le descriptif de son périmètre de marché…

Pour les OF, cet « examen » oblige à une véritable réflexion concernant la qualité de ses prestations, mais une fois réalisé, son référencement auprès de l’ensemble des OPCA et OPACIF est pérenne. Même si en revanche, celui-ci peut être remis en question si des avis négatifs remontent de plusieurs financeurs et/ou du CNEFOP. Attention donc à maintenir l’exigence de qualité session après session auprès des stagiaires.

A noter que pour réussir cette transformation « par le haut » du marché de la formation, une période de transition, du 1er janvier au 30 juin 2017, a été fixée par les financeurs afin de permettre aux OF de s’inscrire. Au cours de celle-ci, toutes les formations seront prises en charge, sous réserve bien entendu que l’organisme prenne date pour se mettre en règle et se référence sur Data Dock.

Petit à petit, se concrétisent les décisions des partenaires sociaux, inscrites au sein de la loi de 2014. La formation professionnelle en France va dans la bonne direction : responsabiliser les salariés sur leur formation continue (CPF), les accompagner dans leur orientation (CEP), mettre la formation au cœur de la stratégie des entreprises, en la considérant comme un investissement et non une contrainte fiscale, et enfin, mettre la qualité au cœur même de l’exigence de formation, à la portée de tous, les entreprises comme les individus. L’année 2017 commence bien !

 

Sources :

http://www.actualite-de-la-formation.fr/une-du-sommaire/une-de-2016/data-dock-impulse-une-demarche-qualite-ambitieuse-38773.html

www.data-dock.fr

vendredi 27 janvier 2017