Le CEP : un tremplin pour le futur

L’ère des carrières professionnelles multiples et évolutives a déjà commencé. L’époque d’une vie de salarié sur un même poste ou dans une seule entreprise est presque révolue. Place à l’adaptabilité ! Pour s’y retrouver et passer à l’action, un bon réflexe : le Conseil en Évolution Professionnelle.

« Faire le point sur ma carrière et l’avenir ? J’ose ! » l’objectif la dernière campagne en date du Fond Paritaire pour la Sécurisation des Parcours Professionnels (FPSPP) est pour le moins clair : valoriser le recours au Conseil en Évolution Professionnelle comme levier de changement et d’adéquation de son travail avec les aspirations profondes de chacun. Car, au-delà du simple « point d’étape » sur sa carrière, il s’agit bien d’aiguiller les actifs dans la poursuite de leurs objectifs, et de leur donner par la suite, via parfois la mobilisation de leur CPF, les moyens de cette poursuite.

De quoi parlons-nous ?

Le Conseil en Evolution Professionnelle est un dispositif d’accompagnement gratuit et personnalisé des projets professionnels de tout actif. Objectif : favoriser l’évolution et la sécurisation du parcours des personnes actives.

Le CEP est utile en de nombreuses occasions : un projet de reconversion, un sondage de ses qualités professionnelles, la création ou la reprise d’une activité, ou même juste à l’occasion d’un bilan personnel… Les organismes nationaux habilités par la loi à délivrer le CEP sont au nombre de cinq : Pôle Emploi, l’APEC, les missions locales, les Opacif et Cap Emploi (pour les personnes en situation de handicap). Des opérateurs régionaux peuvent être habilités par les régions.

Faire le point pour mieux avancer

Dans le monde évolutif de l’entreprise, prime à l’adaptabilité et au mouvement ! De ce point de vue, la valeur d’un dispositif comme le CEP est assez claire : il apparait comme une rampe de lancement idéale pour la mise en place d’actions de formation. Selon le Cnefop, dans un rapport en date d’avril 2016, en 2015, 732 195 personnes avaient mobilisé leur CEP. Parmi ces personnes, 33% déclaraient avoir besoin du CEP pour un diagnostic de situation professionnelle et/ou une prise de recul, et 30% annonçaient l’utiliser comme appui à l’élaboration et à la validation d’un projet professionnel.

D’une certaine façon, le CEP est une occasion idéale de rendre concrète la formation professionnelle pour chaque individu, en permettant de cartographier précisément ses besoins, et d’agir pour leur satisfaction. Encore faut-il faire mieux connaître ce dispositif. En ce sens, un rappel de l’existence et de l’intérêt du CEP apparait comme particulièrement salutaire pour démocratiser encore plus largement le recours à la formation professionnelle. Un outil de plus, accessible et gratuit, pour passer à l’action.

vendredi 7 octobre 2016