Le V.I.E, avantageux pour les PME ?

Les PME sont aujourd’hui à l’origine d’un tiers des exportations françaises. Pour assurer leur développement international, les besoins humains sont essentiels. Les PME dépassent d’ailleurs les grands groupes dans le recours au V.I.E : 66 % des entreprises utilisatrices sont des PME en 2016.

Ce phénomène s’explique : le V.I.E a aussi été pensé pour répondre aux besoins spécifiques des PME. Ainsi, des aménagements ont été étudiés,

– Des périodes de présentiel : il est possible pour une entreprise que le jeune volontaire passe une ou plusieurs périodes par an en France, afin de le former ou pour effectuer du reporting,

Le V.I.E régional, (région du monde), grâce auquel une entreprise peut couvrir jusqu’à 8 pays avec un seul et même volontaire. Par exemple, le volontaire basé sur un pays cible peut mener des actions de prospection et de suivi de marchés sur plusieurs pays de sa zone géographique,

– Une gestion déléguée : Business France gère l’intégralité des procédés, entièrement dématérialisés (agrément de l’entreprise, dépôt des dossiers, formalités de départ). N’incombe à l’entreprise que le suivi opérationnel de la mission,

– Solutions de portage à l’étranger par des grands groupes français, si l’entreprise n’a pas de bureau local, ou hébergement du volontaire au sein des bureaux des chambres de commerce françaises. 685 places potentielles dans le monde sont à disposition des PME.

– Parrainage par un conseiller du commerce extérieur pour encadrer le jeune, et possibilité de coaching sectoriel,

 

Le régime financier a aussi été pensé pour répondre aux besoins des PME : frais de gestion réduits, aides financières nationales (crédit d’impôt export, Prêt Croissance Internationale Bpifrance) et régionales (subventions). Le jeune peut aussi réaliser une mission à temps partagé, ce qui permet à plusieurs entreprises de bénéficier d’un même volontaire en partageant ses services et son coût. Enfin, les avantages fiscaux sont incitatifs, les indemnités versées aux volontaires (hors frais) sont déductibles du résultat de l’entreprise française avant impôt, à compter des exercices clos après le 31 décembre 2009.

 

Ces aménagements spécifiques ont permis de développer le V.I.E dans les PME, si bien qu’à décembre 2016, 3 089 V.I.E sont employés par 1 279 entreprises ayant un chiffre d’affaires inférieur à 50 millions d’euros.

 

Lancez-vous !

Rendez-vous sur le site de Business France pour tout connaître sur le V.I.E, et pour trouver le candidat idéal : http://export.businessfrance.fr/formule-vie/vie-en-bref.html

 

 

 

Partager :