5.01.2018

Les apports des neurosciences à la #FormPro

 

 

« Connectez-vous à vous-même », c’était l’injonction de Pierre-Marie Lledo lors de sa conférence au salon « Nouvelle vie professionnelle » organisé par AEF en cette fin d’année 2017.

Selon lui, nous sommes aujourd’hui confrontés à un problème d’attention. Le « cerveau automatique » prend le pas sur le « cerveau intuitif ». Il préconise de recréer une attention introspective pour faciliter le changement et l’innovation. Comme le disait Thomas Edison, « faites le vide dans votre tête pour avoir de grandes idées ». La formation, en ce qu’elle bouleverse les routines et habitudes de chacun pour ouvrir de nouveaux champs de réflexion, s’inscrit dans cette démarche. L’irruption du digital dans les modes de formation pose de nouveaux défis, auxquels la neuroscience s’attache à répondre.

Pierre-Marie Lledo explique que les robots peuvent assister les humains dans leurs tâches professionnelles : gain de temps, prise en charge des activités chronophages, à faible valeur ajoutée sans pour autant être capable de remplacer l’Homme, en ce qu’ils ne peuvent prendre des décisions intuitives. Pour le citer, « nous conservons l’exclusivité de l’empathie, de l’émotion et donc de l’innovation ». En effet, une émotion est définie comme une interprétation par le cerveau des effets corporels. L’émotion est littéralement incarnée.

Pour ce chercheur de l’institut Pasteur, le réel problème réside aujourd’hui dans le fait que nous ne travaillons presque plus que notre attention automatique. Nous nous sommes progressivement calés sur la temporalité digitale, qui est continue. Il explique, « notre rapport au temps évolue : lorsque le temps devient continu, il est difficile de s’adapter. Il faut conserver des marqueurs temporels ». En 2020, chaque individu possèdera en moyenne sept objets connectés. Nous devons être vigilant à ne pas se renfermer dans l’outil. Nous inventons des outils en permanence, mais le débat se situe autour de l’utilisation que nous en faisons.

En conclusion de son intervention, Pierre-Marie Lledo alerte : il faut éviter de tomber dans les travers du digital, c’est à dire « automatiser » l’apprentissage, parce que les émotions restent au cœur du process. Dès lors, les formats d’apprentissage comme les MOOC et le e-learning sont intéressants à partir du moment où ils intègrent une dimension collaborative et participative.

 

Partager :