5.07.2016

Mobile-learning, la formation à emporter

Apprendre mieux grâce à son téléphone. C’est en quelques mots la proposition séduisante du mobile-learning, un nouveau mode de formation qui veut accompagner un apprenant toujours plus mobile et connecté.

25%. C’est la proportion de formations en e-learning classiques qui sont menées à leurs termes, selon Game Learn. Un chiffre qui met clairement en évidence la difficulté de fournir un contenu de formation pertinent et adapté à un public qui est, par essence, hétérogène dans son expérience, ses connaissances, ses buts ou son agilité digitale. Les solutions d’optimisation du contenu existent, et sont déjà connues : gamification/ludification pour optimiser l’intérêt, stealth assessment pour affiner la complexité, blended learning pour maximiser le bénéfice combiné du présentiel et du distanciel… Ces innovations permettent de mieux adapter le contenu des formations à leurs bénéficiaires. Mais au-delà du contenu, le format même de la formation joue un rôle majeur. Chronophages et contraignantes en termes d’équipement, les formations en e-learning classiques peuvent in fine pénaliser la qualité de l’apprentissage. Face à ce problème, on observe une pratique émergente dans la formation professionnelle, le « mobile learning » (ou « m-learning »).

Apprendre n’importe où, n’importe quand

Tout comme l’ensemble des métiers, le monde de la formation évolue de manière spectaculaire, et permanente. Les façons de transmettre ou d’actualiser un savoir se ré-inventent face à la digitalisation et l’hyperconnectivité de notre société. Frédéric Domon, PDG de Preda, entreprise spécialisée dans le mobile-learning, explique : « Les disponibilités des entreprises et des apprenants sont de plus en plus réduites, mais les besoins en formation n’ont jamais été aussi forts. Dans le même temps, on constate une chute de la capacité de concentration des individus, à l’ère de l’hyper-connexion. On estime qu’un être humain ne peut pas réellement rester concentré plus de 10 minutes sur un ordinateur. Et cette capacité de concentration descend à 8 secondes sur mobile ! » Face à ces constats forts, la formation doit nécessairement s’adapter. Le challenge : apprendre plus rapidement, de façon plus flexible et, surtout, apprendre mieux. Le mobile learning est une façon de relever le défi. Son application consiste à « découper » le contenu pédagogique en petits morceaux indépendants les uns des autres (courtes vidéos, petits jeux, quiz…) consommables sur smartphone ou tablette, n’importe où et n’importe quand. L’apprenant travaille alors à son rythme. Un trajet un peu long dans le bus, un temps mort entre deux réunions, un rendez-vous qui s’annule au dernier moment ? Autant d’occasions de se former l’espace de quelques minutes via son téléphone personnel. Dans cet esprit, l’OPCA Forco, (OPCA du commerce et de la distribution) a par exemple mis en place un outil de formation sur smartphone à destination des vendeurs en téléphonie en boutique, qui sont invités à se former au cours de tous les petits moments de battement qu’il peut y avoir dans une journée, où les clients sont moins nombreux. Flexibilité et réactivité pour aider la transmission de connaissances. Avec le m-learning, le savoir est diffracté pour coller parfaitement aux usages mobiles de l’apprenant, et ainsi maximiser l’efficience de sa transmission. Surtout, cette méthode offre une nouvelle corde à l’arc de formation des entreprises, en quête permanente d’efficacité de la formation.

Petits savoirs deviendront grands

Finalement, le mobile learning n’est qu’une application concrète d’une façon d’apprendre bien ancienne : le « micro-learning ». Le lycéen qui rédige des petites fiches pour apprendre plus facilement ses cours, constitue par exemple une forme de micro-learning. Le m-mobile transpose donc une méthode d’apprentissage éprouvée incarne donc la mise en forme la plus évoluée technologiquement d’une façon d’apprendre qui fait la part belle à mobilité et la praticité. Les études le prouvent : un savoir, lorsqu’il est clairement identifié et disséminé dans le temps, touchera beaucoup plus efficacement sa cible. Surtout, s’il est adossé à une expérience marquante et signifiante, qui implique l’apprenant, ses bénéfices dureront dans le temps. « Il faut s’atteler à créer une expérience apprenante positive. La formation doit désormais coller du mieux possible au rythme de vie des individus, pour ne plus devenir une contrainte, mais bien une formidable opportunité de progrès. Les entreprises sont toutes prêtes à entendre ce message, quelques soit leur niveau de maturité digitale. » conclut Frédéric Domon.

La montée en puissance des équipements technologiques permet de jeter un regard nouveau sur la formation, qui devient progressivement un vaste champ des possibles, où l’innovation est non seulement valorisée, mais aussi vitale. En filigrane de ce foisonnement créatif et technologique, un axe directeur : rendre la formation la plus accessible et efficace possible pour garantir la montée en compétences des salariés dans un monde du travail qui se reconfigure en permanence.

Partager :