Lumiver s’engage sur le chemin vert

Revoir l'épisode TV


L'entreprise

Lumiver est une société spécialisée dans la collecte et le recyclage des tubes fluorescents et des lampes, des déchets d’équipements électroniques, des consommables informatiques, ainsi que des déchets industriels dangereux.  Le développement de son savoir-faire en recyclage lui permet de ne plus faire voyager les déchets.

  • C.A. 2015 : supérieur à 1,2 millions d’euros,
  • Effectif : 10 collaborateurs,
  • Siège social : Seclin, Hauts-de-France,
  • Transition verte : Maitrise du process industriel complet, de la collecte au recyclage, pour limiter l’empreinte carbone.
Frédéric Dutriez
Gérant

« La formation permet à l’opérateur d’être reconnu et à l’entreprise d’y gagner parce qu’elle aura la reconnaissance de ses employés. »

Comment s’est déroulée la transition verte de votre entreprise ?

En 2005, en vue de l’arrivée d’un éco-organisme qui allait gérer la collecte et le recyclage des tubes, nous avons mis en place un process suédois qui broie les tubes et récupère le mercure. C’était un événement important pour l’entreprise puisque nous avions un chiffre d’affaires de 350k euros et la mise en place du process représentait un coût équivalent. Grâce à cette transition énergétique, nous sommes passés de collecteurs artisans à une société industrielle du recyclage.

 

Comment gérez-vous l’émergence des nouveaux métiers ?

Aujourd’hui, nous sommes en plein développement. Ce sont des métiers qui ne sont pas reconnus. Par exemple, le métier de trieur de piles n’existait pas auparavant. Nous avons mis en place, avec notre fédération, la FEDEREC (Fédération Professionnelle des Entreprises du Recyclage) ainsi que notre OPCA (Organisme Paritaire Formateur Agréé), OPCALIA et l’ADEFA (Centre de formation régional), une formation de CQP – Certification de Qualification Professionnelle – qui a bénéficié à cinq de nos employés.

 

Le temps de formation d’une semaine a-t-il été un frein ?

Le côté fantastique de cette formation, qui mobilise les employés pendant une semaine, et génère un coût pour l’entreprise, c’est la fusion des équipes qui s’est faite et qui nous a permis de nous y retrouver en production. C’était un élément très favorable, et je conseille aux entreprises qui souhaitent lancer une démarche de CQP de le faire pour bénéficier de ses effets très positifs.

 

Quel conseil donneriez-vous aux chefs d’entreprise ?

Je dirais qu’il ne faut pas se mettre de freins, ne pas penser qu’à la production. Il faut se dire que la formation permet à l’opérateur d’être reconnu et à l’entreprise d’y gagner parce qu’elle aura la reconnaissance de ses employés.

Jérôme Careje
Responsable d'exploitation

« Nous sommes dans une démarche d’amélioration continue et de certifications ISO. »

Comment valorisez-vous vos actions environnementales ?

Lumiver est une société spécialisée dans l’environnement, dans la collecte de déchets. Nous sommes de plus en plus obligés de nous responsabiliser dans cette thématique et d’être référencés par des éco-organismes français, notamment Corepile et Récylum, ce qui nous pousse à être dans une démarche d’amélioration continue et de certifications ISO. Le fait d’être agréé par des éco-organismes est pour nous une obligation pour travailler dans ce secteur d’activité.

Xavier Mazeau
Opérateur

« J’ai appris les réglementations sur les ICPE – Installation Classée pour la Protection de l’Environnement, les éco-organismes et les différentes filières de recyclage. »

Quelle est la dernière formation dont vous avez bénéficié ?

J’ai suivi une formation qui ma permis d’obtenir une Certification de Qualification Professionnelle sur plusieurs jours. Elle traitait des aspects de sécurité et d’environnement et m’a appris comment améliorer mes pratiques pour être plus efficace.

En quoi cette formation vous a-t-elle permis de progresser, notamment dans le cadre de la transition verte de l’entreprise ?

J’ai appris à mieux m’organiser et à communiquer avec mon équipe pour être dans une dynamique collaborative. Au niveau de la transition verte de l’entreprise, j’ai appris les réglementations sur les ICPE – Installation Classée pour la Protection de l’Environnement, les éco-organismes et les différentes filières de recyclage. C’est toujours intéressant de pouvoir s’améliorer sur son poste de travail. La formation me permet de progresser et de faire progresser l’entreprise.

Alain Riquet
Opérateur

« J’ai pu me perfectionner, notamment pour detecter les matières dangereuses et reconnaitre deux composants l’un de l’autre. »

Quelle formation avez-vous suivie récemment ?

J’ai suivi la formation CQP – Certification de Qualification Professionnelle en même temps que mes collègues. Nous avons appris  notamment à communiquer dans l’équipe et auprès des supérieurs, à optimiser la gestion temps et à gérer les procédures administratives pour l’envoi de matières dangereuses hors de France.

J’ai pu me perfectionner, notamment pour détecter les matières dangereuses et reconnaitre deux composants l’un de l’autre. C’est crucial pour ne pas polluer le site. Dans le contexte environnemental actuel, il est important de pouvoir trier les déchets correctement afin que certains puissent être recyclés et réutilisés, et ainsi diminuer la pollution.

Comment sont initiées les formations dans l’entreprise ?

Nous sommes sensibilisés par la Direction sur les formations utiles pour notre poste de travail. Par exemple, Jérome Careje (Responsable d’exploitation) a fait appel à une société qui est venue sur place pour nous former sur la sécurité : quoi faire dans tel ou tel situation, qui appeler et comment transmettre les informations importantes en cas de problème. Mais nous pouvons également être à l’initiative de formations.

Partager :