Digital Disruption Lab, la montée en compétence des nations

La transformation numérique représente un bouleversement pour les TPE / PME. Sa prise en main requiert une connaissance fine de ses enjeux et nécessite d’accompagner les salariés dans leur montée en compétences.

Dans sa dynamique de transformation numérique des entreprises françaises, le MEDEF a lancé la mission « Digital Disruption Lab ». La mission a été menée par Olivier Midière, ambassadeur pour le numérique. Ce dernier a parcouru 21 pays et interrogé plus de 700 acteurs entre 2016 et 2017.

 

Créer de la valeur par le numérique

Différents systèmes d’innovation numérique ont été comparés et il en ressort trois grands leviers de création de valeur,

  1. Le « Plateforme focus« , au service du consommateur, qui désigne les plateformes collaboratives, de e-commerce, les réseaux sociaux, les applications mobile, la fintech…
  2. Le « TIC focus » au profit des entreprises et des innovateurs : composants électroniques, énergie, industrie 4.0, logiciels, télécoms…
  3. Le « IoT focus » au profit de tous, à travers les biens de consommation connectés, les solutions de traçabilité et de maintenance connectées, les matériaux intelligents.

Parmi les écosystèmes leaders, on compte les Etats-Unis, Israël, l’Estonie et Singapour. Ce sont les seuls à afficher une stratégie numérique claire sur 20 ans.

 

Les « écosystèmes leaders », initiatives

Le gouvernement estonien a initié le projet « e-Estonia » dès 1991, dont l’objectif est de faciliter les interactions des citoyens avec l’état à travers le numérique. En 2014, ce projet a franchi un pas supplémentaire, avec « l’e-résidence », qui offre la possibilité aux internationaux de posséder une « smart ID » et ainsi d’interagir avec l’Etat estonien.

Singapour quant à elle, est l’exemple même de la « Smart Nation ».  Le pays possède peu de ressources naturelles et une petite démographie (5,5millions d’habitants). Depuis sa création en 1957, le pays ne cesse de s’adapter aux changements économiques à travers des plans économiques d’ampleur (20 milliards sur 20 ans) dont l’objectif est de faire monter en compétence et en qualification l’ensemble de sa population !

Bien que ces écosystèmes leaders ne soient pas des destinations intéressantes pour les start-up françaises, ils regorgent d’opportunités en termes de R&D et de transfert de technologies et sont des partenaires intéressants pour les projets d’Open innovation.

Pour voir le rapport final commenté par Olivier Midière, rendez-vous sur le site du MEDEF.

 

 

Partager :