Corse centrale de restauration, le Web est servi !

Revoir l'épisode TV


L'entreprise

Corse Centrale de Restauration est une PME française implantée à Bastia, spécialisée dans la production et l’approvisionnement de produits de restauration collective, à destination d’établissements publics et privés. La transition numérique a permis à l’entreprise d’accompagner sa forte croissance et de faire monter en compétences les collaborateurs.

  • C.A. 2015 : supérieur à 3,5 millions d’euros,
  • Effectif : 27 collaborateurs,
  • Siège social : Bastia, Corse,
  • Innovation numérique : logiciel de gestion intégré (ERP).
Charles Zuccarelli
Président directeur général

« Si le salarié connaît son poste de travail, alors il y aura du bien-être dans l’entreprise. »

Comment le numérique vous a permis de développer votre activité ?

Lorsqu’on a commencé, on faisait 700 repas par jour, aujourd’hui on en fait 4500. Nous avons fait deux choses pour œuvrer à ce développement. D’abord nous avons agrandi la structure, pour avoir une zone d’allotissement plus grande. Nous avons ensuite investi dans un logiciel ERP, qui permet de tout contrôler de la commande du client jusqu’à la livraison. Cela nous permet de gagner en vitesse de production et en rentabilité. Avant nous travaillions avec des tableaux Excel, avec sa complexité. Chaque pôle avait son tableau, nous devions donc éditer alors qu’aujourd’hui, tout est linéaire. Nous avons gagné en fluidité. Nous souhaitons faire évoluer cet ERP pour permettre une commande directement sur internet. Le client pourrait rentrer sur notre programme via une plateforme et prendre sa commande en direct.

 

L’acquisition de cet outil numérique a-t-elle requis de la formation ?

Nous avons d’abord choisi un éditeur de logiciel, après en avoir mis trois en concurrence. Ensuite, nous avons adapté le logiciel à notre entreprise. Surtout, nous avons fait beaucoup de formation pour nos collaborateurs, en interne et en externe, grâce à l’aide d’OPCALIA. Tous les ans nous effectuons un plan de formation. Nous sommes une entreprise qui formons les collaborateurs en permanence.

Je crois qu’il faut considérer la formation comme quelque chose de positif pour l’entreprise, puisque c’est apprendre au salarié à mieux s’adapter à son poste de travail. Je pars du principe suivant : si le salarié connaît son poste de travail, alors il y aura du bien-être dans l’entreprise.

Stéphane Lenoir
Directeur Général Opérationnel

« Aujourd’hui, nous avons une continuité globale du service parce que le numérique passe par l’intégralité des équipes. »

Comment la formation s’inscrit-elle au cœur de votre stratégie d’entreprise ?

Il y a dix ans, nous étions 12. On faisait 800 couverts. Nous avons évolué à plus de 5000. Cela a impliqué un changement de process. Nous avons d’abord agrandi nos locaux, et bien-sûr, tout au long de ces évolutions, nous avons formé nos équipes, puisque nous sommes aujourd’hui passés à plus de 27 personnes. Nous avons fait évoluer les outils informatiques au fur et à mesure.

Ces outils, nous les avons trouvés au bout de deux ans, puisqu’il a fallu rédiger un cahier des charges. Nous avons commencé la transition numérique il y a trois ans, avec la mise en place d’un outil qui s’appelle Data 1000, sur lequel il a fallu former l’ensemble des collaborateurs. La formation ne s’arrête jamais puisque tous les ans, nous lui allouons une enveloppe de 10 à 15 000 euros.

 

Comment gérez-vous la demande de formation ?

« La formation interne permet de bénéficier de formations concrètes, et les salariés sont davantage dans une démarche d’écoute. »

C’est OPCALIA qui s’occupe de monter les dossiers techniques. Les 3/4 des formations, nous les souhaitons en interne. Nous venons d’envoyer deux salariés à Paris pour une formation aux achats. Aujourd’hui, nous privilégions les formations internes. Nous faisons donc venir des intervenants extérieurs, qui sont en contact direct avec l’entreprise. Les formations sont souvent trop théoriques et pas assez pratiques. L’interne permet de bénéficier de formations concrètes, et les salariés sont davantage dans une démarche d’écoute. Ce sont des formations courtes généralement inférieures à une ou deux semaines, mais qui sont vraiment ciblées, très précises. Aujourd’hui, nous avons une continuité globale du service parce que le numérique passe par l’intégralité des équipes.

Odile Innocenti
Responsable Qualité

« Lorsque les collaborateurs sont demandeurs de formations, on utilise leur CPF. »

Comment s’organise la formation chez Corse Centrale de Restauration ?

Nous avons deux types de formations : internes et externes. Les formations internes sont généralement induites suite à des contrôles qualité que l’on fait sur les différents ateliers de la société. Nous formulons des objectifs à atteindre. De là sont déduites des formations. Généralement, j’assure les formations en interne sur le respect des procédures, de façon à garantir la traçabilité. Nous avons parallèlement des formations en externe, qui peuvent être réalisées, soit à la demande du salarié, soit parce qu’elles sont obligatoires. Je consulte les Organismes de formation avec lesquels on travaille. Je les consulte et je regarde le contenu de la formation pour vérifier qu’il corresponde bien à nos attentes, de façon à pouvoir l’adapter à notre structure, afin que la formation soit utile par la suite Lorsque les collaborateurs sont demandeurs de formations, on utilise leur CPF.

 

Avez-vous recours à l’apprentissage ?

Nous avons une commerciale en alternance, et une apprentie en cuisine. C’est une belle porte d’entrée dans le monde du travail. Ça permet de former la personne, et qu’elle se fasse à la vie de l’entreprise. Souvent ces contrats d’apprentissage se transforment en emplois.

Partager :