Cap Enfants, quand numérique rime avec musique !

Revoir l'épisode TV


L'entreprise

Cap Enfants est une crèche d’entreprise. L’innovation de la structure réside dans la création d’un outil numérique, la Bulle Musicale, permettant aux enfants de se développer grâce au son et à la musique.

  • C.A. 2015 : supérieur à 4 millions d’euros,
  • Effectif : 12 collaborateurs,
  • Siège social : Gennevilliers, Ile-de-France,
  • Innovation numérique : la « Bulle musicale ».

http://www.capenfants.com 

Claudia Kespy-Yahi
Présidente Directrice Générale

« J’ai eu la chance de bénéficier de formations, et je continue à en bénéficier. »

Quelle est la spécificité de Cap Enfants ?

J’ai fondé Cap Enfants il y a 10 ans. C’est un groupe de crèches avec une spécificité forte : la musique.  Nous sommes partis du postulat que d’ici 20 ans, nos enfants devront être à l’aise dans un environnement international. Nous souhaitons donc leur faire découvrir la diversité culturelle de façon à ce que la différence soit perçue comme une richesse et non pas comme une menace.

L’idée de la « Bulle Musicale » est de faire découvrir aux enfants la diversité des sons, dans un espace multi-sensoriel. La bulle fonctionne avec des capteurs, qui permettent aux enfants d’être acteurs de ce qu’ils vont écouter. Il y a une multiplicité de sons : ambiances sonores, langues, animaux…  Cela permet de recréer un environnement sonore tel qu’ils l’entendraient dans un pays.  La Bulle Musicale est remplie d’électronique et d’informatique, et donc de numérique. C’était une nouveauté pour les collaboratrices.

 

Comment la formation professionnelle vous a-t-elle aidé dans votre transition numérique  ?

Ce sont des formations qui ont lieu en interne, conduites par le service pédagogique : une éducatrice de jeunes enfants et une musicologue. Toutes les deux vont présenter la Bulle Musicale en deux points : ce qu’elle représente et comment l’utiliser.

Notre OPCA est un acteur clé dans la formation continue, qui est indispensable. L’OPCA est un relai important dans les différentes orientations que nous souhaitons apporter aux collaborateurs.

Nous avons établi un plan de formation avec la DRH, en fonction des besoins et des remontées des collaborateurs. Ce n’est jamais facile de détacher les collaborateurs de leur quotidien pour les former. Cela se passe souvent sur le temps des vacances scolaires ou le mercredi. Ça requiert donc agilité et organisation.

 

Quelle est votre expérience et votre opinion de la formation professionnelle ?

J’ai eu la chance de bénéficier de formations, et je continue à en bénéficier, au travers de la Chambre de commerce, ou de différentes associations qui proposent un accompagnement aux chefs d’entreprise. Pour moi c’est fondamental parce que l’on grandit dans la fonction, selon le temps qu’on y consacre, mais aussi au travers des apports de personnes extérieures qui pointent les besoins d’évolution et d’amélioration. C’est absolument fondamental.

Catherine Daligault
Directrice des Opérations et des Ressources Humaines

« L’apprentissage est un vrai investissement pour nous. »

Comment déployez-vous la stratégie d’entreprise ?

La stratégie de Cap Enfants est discutée avec notre fondatrice. Nous avons des points hebdomadaires, au cours desquels nous définissons nos orientations et les besoins de formations. Tous les deux ans, nous faisons des entretiens de professionnalisation, qui sont surtout ciblés sur le projet professionnel des collaborateurs, à court et long terme.

La grande nouveauté pour 2017, c’est que nous passons au numérique avec l’utilisation d’une tablette. Et cela ne s’invente pas. Il est nécessaire de s’approprier l’outil, afin de le percevoir comme quelque chose de ludique.

 

Comment organisez-vous la formation en interne ?

Au niveau de la formation, soit les directrices de crèche font des observations, soit les collaborateurs remontent directement leurs besoins. A partir de ce moment, nous regardons ce qui est possible en interne, et nous faisons éventuellement appel à des formateurs externes sur des sujets fondamentaux liés à la fonction.

Lorsqu’il s’agit d’une ouverture de crèche, les personnes recrutées vont en immersion sur des crèches existantes, puis les formateurs du siège vont leur dispenser une formation de sept heures basée sur la pédagogie musicale.

 

Avez-vous recours à l’apprentissage ?

Oui, et c’est un investissement pour nous aussi. Cela permet de former des futurs collaborateurs. Ils subissent un entretien d’embauche au même titre qu’un CDD ou qu’un CDI où nous testons, non pas leurs compétences mais leur savoir-être.

Ruth Jornod
Musicologue

« Comme la Bulle Musicale évolue régulièrement, il y a de nouvelles formations en cours de préparation pour que chacun soit opérationnel. »

Comment accompagnez-vous les collaborateurs ?

Comme la Bulle Musicale évolue régulièrement, il y a de nouvelles formations en cours de préparation pour que chacun soit opérationnel. Nous créons un plan de formation et nous faisons en sorte que les collaboratrices puissent mettre tout cela en place sur le terrain. Je suis formée et en même temps je forme puisque je crée ces nouveaux concepts. Je suis moi-même formée par les équipes qui créent les parties informatique et numérique, et qui me montrent le fonctionnement pour que je puisse à mon tour transmettre les informations.

Les journées pédagogiques nous permettent de tous nous retrouver. Nous réfléchissons tous ensemble sur le prochain pas à faire, comment nous pouvons aller plus loin. Cela permet aussi d’avoir des retours entre crèches. Les pratiques s’échangent. C’est de la formation qui vient de nous, mais qui passe aussi entre les collaboratrices.

 

Quel retour des collaboratrices avez-vous sur la formation ?

Les collaboratrices sont très contentes de ces formations puisqu’elles viennent chez Cap Enfants avec le désir de faire de la musique. Elles comprennent le projet pédagogique. Après il faut le mettre en œuvre, elles se rendent compte de la nécessité de savoir utiliser la Bulle Musicale.

 

Partager :